L'aventure du Grand Prix des Lectrices de ELLE est donc terminée. Catégorie roman : Véronique Ovaldé et "Ce que je sais de Véra Candida" (L'Olivier) ; catégorie document : Eric Fottorino et "L'homme qui m'aimait tout bas" (Gallimard) ; catégorie policier : Jesse Kellerman et "Les visages" (Sonatine). Que dire ? Bien évidemment, c'est une grosse déception pour le document et le policier. Je n'ai pas du tout aimé le livre de Fottorino et m'en suis expliquée sur ce blog ; j'ai été très déçue par le Kellerman. L'Ovaldé est très bien, c'est un bon point. Pour les autres, il y avait des concurrents de très haut niveau qui méritaient amplement le prix. Si vous souhaitez être ému sans tout le patho qui va généralement avec, si vous aimez rire d'un et avec un auteur, si la filiation est un sujet qui vous touche, alors lisez LE SENS DE LA FAMILLE de A.M Homes.
Si vous êtes sensible aux destins hors normes, à la place de l'histoire dans la vie d'un individu, si vous avez envie de découvrir un homme de l'ombre, tout en humilité et en discrétion, allez vite vous offrir ADOLFO KAMINSKY, UNE VIE DE FAUSSAIRE de Sarah Kaminsky.
Côté polar, la sélection était assez moyenne. J'en retire UN PIED AU PARADIS de Ron Rash, pour moi un grand roman de l'Ouest américain plutôt qu'un policier.
Ne dépensez pas vos sous pour le Fottorino et le Kellerman (vous pouvez les emprunter ou attendre leurs versions de poche), gardez-les pour les trois cités au-dessus. Et dites m'en des nouvelles !